Accueil Actualité Les jeunes footballeuses de Manipur ne craignent pas les armes

Les jeunes footballeuses de Manipur ne craignent pas les armes

par Sara
Faire un don
A+A-
RĂ©initialiser
Les jeunes footballeuses de Manipur ne craignent pas les armes

Les jeunes footballeuses de Manipur ne craignent pas les armes

Andro, Inde – VĂŞtue de sa veste nĂ©on bleue et de ses baskets rouges vives, Hemarani se faufile hors de la grande hutte en terre aux toits de chaume et se tient en plissant les yeux face au soleil levant. Le ciel est striĂ© de rose au-dessus des collines de Nongmaiching Ching, et le vaste champ qui s’Ă©tend devant elle est encore enveloppĂ© de brouillard. Des vaches broutent dans les prairies verdoyantes, et Ă  cĂ´tĂ©, un groupe de filles en tenue de football se prĂ©pare.

Cette sĂ©ance d’entraĂ®nement en janvier est la dernière pour les filles avant une pĂ©riode de repos officielle, qui dure jusqu’en avril. Presque toutes les 30 joueuses du club, âgĂ©es de cinq Ă  18 ans, sont prĂ©sentes. Beaucoup d’entre elles se prĂ©parent pour leurs examens de fin d’annĂ©e scolaire, et cette sĂ©ance d’entraĂ®nement offre une dernière diversion joyeuse Ă  leurs livres.

Rapidement, les filles se mettent en binĂ´mes et augmentent le rythme Ă  travers des sĂ©ries de coups de pieds, passes, dĂ©gagements de la tĂŞte et exercices de vitesse. Les sĂ©ances d’entraĂ®nement quotidiennes de deux heures se terminent toujours par un match, explique Hemarani. « L’objectif est de jouer tous les jours. »

Après avoir prodiguĂ© quelques conseils techniques Ă  quelques filles, elle divise les Ă©quipes puis laisse les joueuses seniors comme Chingakham Anjali Devi et Phanjoubam Ameba Devi, toutes deux actuellement des joueuses de l’Ă©quipe U-17 d’Imphal, prendre le relais. Douze des joueuses actuelles et anciennes d’AMMA FC jouent actuellement au niveau national, cinq au niveau international.

AMMA FC

Contre un contexte sombre

Quelques heures auparavant, dans une cabane de fortune non loin des terrains d’AMMA FC, un groupe de femmes avait Ă©galement terminĂ© sa garde et Ă©tait rentrĂ© Ă  la maison. Jeunes et âgĂ©es, elles Ă©taient restĂ©es Ă©veillĂ©es toute la nuit, rĂ©chauffĂ©es par des couvertures, des châles et un feu, veillant sur le village. Depuis des mois, elles se relaient pour protĂ©ger la communautĂ© de 10 000 habitants d’Andro d’Ă©ventuelles attaques durant la nuit.

La violence a Ă©clatĂ© Ă  Manipur en mai entre les Meiteis majoritairement hindous et les Kuki-Zo majoritairement chrĂ©tiens. Elle a Ă©tĂ© dĂ©clenchĂ©e par des projets de reconnaissance des Meiteis en tant que tribu rĂ©pertoriĂ©e – un type d’action positive qui utilise des quotas pour accorder aux minoritĂ©s des postes gouvernementaux et des admissions Ă  l’universitĂ©.

Le territoire des tribus des collines de Manipur – les Kukis, Nagas, Mizos – est protĂ©gĂ© par des dispositions constitutionnelles. Mais un statut spĂ©cial similaire pour les Meiteis, qui reprĂ©sentent 60% de la population de l’État et dominent sa politique, pourrait ouvrir les collines Ă  cette communautĂ© majoritaire, actuellement surtout prĂ©sente dans les plaines. La violence fait rage depuis.

AMMA FC

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits rĂ©servĂ©s

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus