Accueil Loisirs et divertissementsCulture La liste d’Ibn al-Nadim : du voyage littéraire aux lieux et visages

La liste d’Ibn al-Nadim : du voyage littéraire aux lieux et visages

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
La liste d'Ibn al-Nadim : du voyage littéraire aux lieux et visages

Le poète, journaliste et voyageur syrien Hani Nadim suit les traces d’Ibn Battuta, Al-Sharif Al-Idrisi et Ibn Jubayr al-Andalusi en compilant 20 années de récits de voyage dans son ouvrage « La liste d’Ibn al-Nadim : l’algorithme des visages successifs » récemment publié par Dar Kenan pour les études et la publication.

Le titre principal « La liste d’Ibn al-Nadim » fait immédiatement référence au titre de l’auteur arabe précurseur dans le domaine de l’indexation des livres « La bibliographie » du chroniqueur et écrivain bagdadien Ibn al-Nadim Muhammad ibn Ishaq Al-Mu’tazili (décédé en l’an 384 de l’Hégire), rassemblant tous les ouvrages et articles arabes de son époque. Quant au sous-titre de l’ouvrage « L’algorithme des visages successifs », il met en lumière la différence entre les deux livres ; tandis que le premier est consacré à l’indexation des livres, le second se concentre sur l’indexation des lieux et de leurs trésors humains, incarnant les visages qui ont façonné l’imaginaire collectif mondial.

Nadim rassemble sur 570 pages en format moyen des récits et des légendes de dizaines de villes à travers le monde, observant les conditions des sociétés arabes, non-arabes, ainsi que leurs coutumes et traditions. Il dresse des index dédiés à leurs cafés, industries, arts, dégustant la poésie de leurs ruelles, rivières et musées d’une manière qui conjugue l’art de la narration, de la poésie et de l’essai, avec un langage riche, concis et fluide à la fois.

Se présentant comme un chasseur dans sa ville natale de Nebek en Syrie, il poursuit ses proies parmi les merveilles des peuples, du patrimoine artistique de la bande dessinée belge, aux légendes de la découverte du café en Éthiopie, en passant par la résistance à travers la musique raï en Algérie, et à la place prépondérante du matador et de la corrida dans la société espagnole. Le lecteur se trouve face à un voyage à travers l’histoire civilisationnelle de peuples de « toute l’Europe, la moitié de l’Asie, le quart de l’Afrique et un huitième des Amériques » que le voyageur a visité.

Passion du voyage

« J’ai invoqué une invocation, je ne suis pas sûr que ce soit ma grand-mère qui me l’ait enseignée à l’époque, ou que je l’aie reçue à l’insu de mon plein gré, je ne sais ni la raison ni où je l’ai entendue, mais elle est devenue ma protection, mon talisman, mon souhait et ma quête pour le reste de ma vie : « Allah, montre-moi ton pays et fais-moi connaître tes serviteurs ».

.Telle est l’invocation répétée par l’enfant Nadim un soir du destin à partir du balcon de sa maison à Nebek alors qu’il observait les étoiles de l’été, les croyant être des anges rassemblant les vœux pour les transmettre au Créateur.

Nadim n’a pas attendu de grandir pour obtenir un passeport lui permettant de voyager dans les villes qu’il désirait, il a volé le passeport de son frère et s’est dirigé vers une compagnie aérienne pour acheter un billet. L’agent de réservation a compris que le passeport n’appartenait pas à Nadim et qu’il tentait de tromper. L’auteur note : « Si je n’avais pas été reconnu comme membre de la famille, il aurait appelé la police ce jour-là et j’aurais été emprisonné ».

Plus tard, Dieu a exaucé l’invocation de l’enfant. Nadim a grandi laissant derrière lui sa ville et son pays, cherchant sa subsistance, poursuivant un rêve brûlant à travers des voyages incessants vers des lieux proches et lointains, incarnant un modèle unique d’amour des voyages et de pérégrination.

La marginalité et non le centre

Étant donné que Nadim est un poète sensible, un érudit « qui vit avec l’histoire et meurt » et un journaliste dont le gagne-pain dépend de l’étendue de ses connaissances et de sa culture, il démarre son livre d’une base solide avec une orientation claire vers sa langue, sa terre et son héritage culturel.

Cela se reflète dans l’angle à partir duquel le voyageur observe les différents phénomènes qu’il consigne lors de ses voyages. Il penche vers «la marginalité» et sa culture, envers les arts porteurs du récit des opprimés. Même dans les villes qu’il visite, il préfère les marges. L’auteur déclare dans l’introduction du livre : « J’ai creusé les marges et les ruelles arrière des pays, et je les ai placées dans les introductions et les textes ».

La marge dans le livre de Nadim se transforme en introduction et texte, mettant en lumière – dans une partie de celui-ci – la situation de la société arabe collective et sa position marginale à l’époque de l’indépendance ou du « post-colonialisme », ainsi que les crises auxquelles elle est confrontée dans ses luttes parfois et ses dialogues parfois avec l’autre culturel et civilisationnel, présentant une image contradictoire et divisée entre sa position vis-à-vis de l’autre héritier colonial et son interaction avec lui en tant que porteur d’un accomplissement civilisationnel indéniable.

Le parcours du raï algérien reflète cette interaction controversée entre le soi et l’autre, alors Nadim exploite son voyage à Oran, en Algérie, pour suivre l’évolution et l’épanouissement de la musique raï depuis qu’elle était une musique locale au XVIIIe siècle jusqu’à sa renommée internationale dans les années 1990.

Ainsi, le raï était « la langue des marginalisés dans une société coloniale, commençant par la résistance à la colonisation et à la vie misérable », mais avec le départ des Français d’Algérie (le 5 juillet 1962), les renouvellements de la musique raï par des artistes comme « Khaled » et « Cheb Mami » ont introduit des styles musicaux occidentaux dans la mélodie authentique maghrébine du raï. Peu de temps après, le raï a conquis le monde, rivalisant en termes de ventes d’albums avec la célèbre star américaine Michael Jackson.

Suivant cette ligne directrice, Nadim oriente sa boussole vers « la marginalité plutôt que le centre, les explications plutôt que les textes, la métaphore et la référence plutôt que le sens et la directe, » faisant apparaître son point de vue comme un défi face à un monde de plus en plus focalisé sur les centres et leurs intérêts.

Un voyage dans les dédales de l’imaginaire

L’auteur est attiré par les mythes des peuples, leurs récits et leurs lieux emblématiques, et plus que tout par leurs musiques, si bien que ses voyages ressemblent à une tentative d’embrasser les phrases et les mots de l’imaginaire collectif de chaque nation qu’il a visitée au cours de 20 années.

S’il pose ses valises en Espagne, il nous parle en détail de l’histoire de la tauromachie, et du matador honoré par des monuments commémoratifs dans les arènes publiques en signe de sa place dans l’âme espagnole, pour finir par dresser une liste des principaux toreros de l’histoire de ce sport.

Et s’il arrive à Paris, il commence par visiter ses cafés et relate l’histoire de leur fondation, dressant la liste des personnalités importantes qui ont siégé à leurs tables, et comment ces cafés ont contribué à façonner la modernité de la ville la plus célèbre au monde, présentant ensuite un index « Épuration de l’ivoire : résumé des cafés parisiens ».

Avec un style similaire et un récit agile de ses voyages dans les capitales du monde, Nadim introduit ensuite de nombreux index ultérieurs regroupant les cafés de Beyrouth, Le Caire, Damas, Oman, le Maroc et le continent européen, car les cafés sont « la graine d’une communauté primitive qui se développe rapidement, évoluant à partir de gènes d’intérêts et d’aspirations, formant un miroir identitaire et imaginatif pour les habitants des villes ».

Des lieux intimes comme les cafés, Nadim se tourne vers les espaces urbains ouverts pour explorer l’esthétique des villes et des villages, traquer les sources de poésie qu’ils renferment, puis plonger dans les mythes des peuples et les histoires qui dominent leur imagination, des Vikings suédois, en passant par les contes d’horreur en Allemagne, jusqu’aux récits de loups dans sa ville natale de Nebek.

L’écrivain consacre des index à ce pour quoi chaque pays qu’il a visité est connu, indexant les principaux designers de mode pour l’Italie, les artistes les plus importants des bandes dessinées pour la Belgique, les maîtres de la chanson pour la Turquie, les peintres pour les Pays-Bas, et ainsi de suite, offrant au lecteur une connaissance approfondie de chaque facette d’un phénomène culturel ou artistique parmi ceux présentés par l’auteur lors de ses voyages.

Littérature du voyage descriptif

Le livre « La liste d’Ibn al-Nadim : l’algorithme des visages successifs » relève de la « littérature du voyage descriptif » dans laquelle le voyageur décrit les repères civilisationnels et culturels des pays qu’il décrit, en plus de ses impressions personnelles sur ces repères et ces peuples en s’appuyant sur un récit narratif, fournissant au lecteur des informations précieuses issues de l’expérience et de la réalité, se démarquant ainsi des autres genres littéraires.

Dans notre livre, le voyageur passe toujours du global au spécifique, de l’universel au particulier, offrant au lecteur plaisir, connaissance et érudition simultanément, évitant de présenter un récit sec.

Il est clair dès le départ que Nadim ne cherchait pas à produire un ouvrage avec des caractéristiques formelles claires et définies, c’est pourquoi les nouvelles, les histoires et les contes sont fragmentaires et non séquentiels, commençant par la montagne syrienne du Qalamoun, puis passant brusquement à Paris, Marrakech, Rome et d’autres villes, sans présence d’une chronologie ou d’une géographie définissant ces transitions, car dès qu’il entame une histoire, on le voit se précipiter vers une autre, l’explorer en détail, puis passer rapidement à une troisième sans chercher de corrélation logique entre elles.

L’auteur charge son ouvrage de nombreuses citations des chansons qu’il aimait ou dont il avait entendu parler, pour puiser dans celles-ci la matière expressive dont il se servait, souvent sous forme de mémoires truffées de récits de pérégrinations, et le fait d’être poète, journaliste et réalisateur de documentaires l’a sûrement aidé à combiner narration, poésie et essai dans un style littéraire raffiné.

Durant sa carrière, le poète et journaliste Nadim a occupé plusieurs postes parmi les plus notables : responsable du département culturel à la Fondation du patrimoine saoudien (1998-2000), directeur de la rédaction de textes créatifs chez Gray Documentary Agency (2005-2009), et compte à son actif de nombreux documentaires et recueils de poésie.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus