Accueil High-tech Boycott du PDG de Google Israël, slogans anti-génocide dominent la conférence tech

Boycott du PDG de Google Israël, slogans anti-génocide dominent la conférence tech

par Lina
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Boycott du PDG de Google Israël, slogans anti-génocide dominent la conférence tech

Boycott du PDG de Google Israël et slogans anti-génocide lors de la conférence tech

Des militants pro-palestiniens du mouvement « Pas de technologie pour l’apartheid » et des techniciens opposés à la coopération technologique entre les géants mondiaux de la technologie et Israël, tant pendant que avant la guerre, ont boycotté la conférence « Mind the Tech » qui s’est tenue à New York lundi pour soutenir l’industrie technologique israélienne, selon un post du compte du mouvement « Pas de technologie pour l’apartheid » sur la plateforme X.

Participation de personnalités importantes

La conférence a réuni des personnalités de premier plan dans le domaine de la technologie et de la politique, notamment le maire de New York, Eric Adams, le maire de Jérusalem, Moshe Leon, l’ancien directeur de la CIA, Michael Rogers, et le directeur administratif de Google Israël, Barak Regev. L’objectif principal de la conférence était de mettre en avant la puissance de la technologie israélienne.

Protestation d’un ingénieur de Google Cloud

Un ingénieur de « Google Cloud », qui a boycotté la conférence en criant, a déclaré que ses actions et ses protestations étaient moralement et professionnellement nécessaires. Il a interrompu la présentation du directeur administratif de Google en Israël, Barak Regev, en scandant : « Je suis un ingénieur logiciel chez Google et je refuse de construire une technologie qui soutient le génocide ou la surveillance ».

Contestation du projet « Nimbus »

Il a mentionné le projet « Nimbus », un projet de cloud computing d’une valeur de 1,2 milliard de dollars entre Google, Amazon et le gouvernement israélien, y compris les forces de défense israéliennes. Selon des documents obtenus par le site « Intercept », les capacités informatiques du projet Nimbus pourraient être utilisées pour la surveillance, ce qui fait partie intégrante de l’occupation israélienne de la Cisjordanie en particulier.

Manifestation et pétition

Après l’expulsion des protestataires, un groupe de militants à l’extérieur de la salle a brandi des banderoles condamnant l’utilisation de la technologie développée en coopération avec Israël, en particulier pendant la guerre et lors des bombardements délibérés de civils s’appuyant sur des technologies d’intelligence artificielle et de programmes d’espionnage. Des centaines de techniciens ont signé une pétition pour rejeter ces partenariats.

Mobilisation sur les réseaux sociaux

La mobilisation en ligne s’est intensifiée avec des militants partageant des vidéos de la protestation et appelant au boycott des entreprises impliquées dans ces collaborations controversées. Le débat sur l’éthique de la technologie et son utilisation dans des contextes conflictuels continue de faire rage, suscitant un vif intérêt et engagement parmi les défenseurs des droits de l’homme et les acteurs de l’industrie tech.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus