Accueil Actualité Réinstallation des réfugiés dans un tiers pays gagne du terrain en Europe

Réinstallation des réfugiés dans un tiers pays gagne du terrain en Europe

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Réinstallation des réfugiés dans un tiers pays gagne du terrain en Europe

Réinstallation des réfugiés dans un tiers pays gagne du terrain en Europe

La question des migrants irréguliers reste l'un des plus grands dilemmes auxquels sont confrontés les différents gouvernements européens. Cette question a engendré des tensions dans les relations intra-européennes au sein de l'Union européenne, en particulier entre les pays de première ligne tels que la Grèce et l'Italie, et entre les pays européens internes à économies fortes.

La responsabilité du traitement d'une demande d'asile incombe au premier pays d'arrivée du demandeur d'asile, conformément à la Convention de Dublin sur la régulation de l'immigration entre les pays de l'UE. Cela a imposé un fardeau aux pays méditerranéens européens, premières étapes des embarcations de migrants. Cette situation a entraîné plusieurs modifications de la convention; cependant, l'augmentation du nombre de migrants fuyant les zones de conflit en Afrique et au Moyen-Orient, en particulier, a approfondi les défis et les clivages entre les partis politiques compte tenu de l'incapacité des politiques gouvernementales à réduire l'afflux de migrants.

Plan Rwanda

Dans le contexte de la recherche assidue de solutions innovantes pour faire face à l'immigration irrégulière en Europe, un projet appelé "Plan Rwanda" a gagné du terrain ces dernières années. Bien qu'il n'ait pas encore été mis en œuvre, il a été adopté par trois gouvernements consécutifs au Royaume-Uni. Le plan britannique, malgré ses obstacles, reste au centre des efforts gouvernementaux, malgré les obstacles juridiques rencontrés au niveau européen et britannique.

Le plan repose sur le transfert de réfugiés vers un "pays sûr" tiers hors d'Europe. Le ministère de l'Intérieur britannique a signé au moins trois accords avec le Rwanda dans des tentatives acharnées pour surmonter les défis juridiques à la mise en œuvre. Ces accords visent à atténuer les préoccupations de la Cour européenne des droits de l'homme et de la Cour suprême britannique, qui ont jugé le plan Rwanda illégal, considérant que le pays tiers n'est pas sûr.

"Raid" (un pseudonyme), arrivé sur le territoire britannique via la Manche à bord d'un petit bateau plus tôt cette année, a exprimé à Al Jazeera Net son extrême appréhension face à la mise en œuvre du plan de déportation britannique vers le Rwanda. Le réfugié syrien, qui a demandé l'anonymat, a indiqué que les conditions requises pour les réfugiés suggérés pour le transfert au Rwanda s'appliquent pleinement à lui. Bien que les critères ne soient pas précisément définis, le ministère de l'Intérieur britannique a indiqué que la première phase ciblerait les adultes célibataires arrivant dans le pays par des voies dangereuses, telles que les petits bateaux traversant la Manche, après le 1er janvier 2022.

Raid ajoute que sa vie serait un enfer s'il était choisi, soulignant qu'il refuserait d'y aller sous n'importe quelle considération, même si cela lui coûtait la vie. "Nous n'avons pas fui la guerre en Syrie et traversé tous ces dangers pour nous retrouver en Afrique", ajoute Raid. Le jeune homme de 22 ans souffre de pression psychologique depuis son arrivée en Grande-Bretagne, nécessitant des consultations médicales répétées.

Refugees

Le chancelier allemand Olaf Scholz a principalement convenu de discuter de l'idée du Rwanda pour contrer l'extrême droite (Reuters)

Un modèle à suivre

Autant la position de la Cour concernant la légalité a rassuré les militants des droits humains et réfugiés, les jugements ont également renforcé l'acceptation du principe de déportation vers un pays tiers, si les conditions de sécurité et les normes de protection énoncées dans les accords internationaux sont réunies. Ce point de vue a incité d'autres gouvernements européens à discuter du modèle rwandais comme solution au problème des réfugiés irréguliers, malgré la position de la Cour.

Le chancelier allemand Olaf Scholz a précédemment exprimé son accord de principe pour discuter de l'idée du Rwanda lors de réunions avec les dirigeants des États allemands, dans le cadre de la tentative de son parti de mettre fin aux gains électoraux de l'extrême droite sur les questions d'immigration.

Alors que les propositions de déportation des réfugiés sont largement contestées par les associations de défense des droits en Allemagne, d'autres partis politiques allemands ont commencé à promouvoir leur acceptation de l'idée, notamment le Parti démocrate libre en Allemagne, ainsi que de larges courants au sein du parti social-démocrate au pouvoir.

En 2021, le parlement danois a voté pour adopter un programme de relocalisation des réfugiés dans un pays tiers dans le cadre de la politique "zéro réfugié" adoptée par le gouvernement du parti démocratique-socialiste de l'époque. Bien que le projet parlementaire danois n'ait pas spécifié le pays où les réfugiés seraient déplacés, le ministre de l'Immigration de l'époque, Mattias Tesfaye, a effectué une visite surprise au Rwanda la même année pour signer un mémorandum d'entente sur le projet.

Des organisations non gouvernementales ont contesté la démarche du parlement danois, y compris le Conseil danois pour les réfugiés, qui avait vivement critiqué les députés qui avaient voté en faveur du projet. La Danemark a récemment annulé des centaines de résidences de réfugiés syriens sous prétexte qu'ils venaient de la région de Damas, que le département d'immigration danois a classé comme zone sûre, tandis que le gouvernement a annoncé son intention d'accueillir 100 000 réfugiés d'Ukraine, en dépit de sa politique de "zéro réfugié".

Lors d'un appel téléphonique avec Eva Singer, directrice du département d'asile au Conseil danois pour les réfugiés, Singer a déclaré à Al Jazeera Net que le projet danois représentait une volonté politique du gouvernement du parti démocrate-socialiste, alors que le gouvernement de coalition actuel poursuit le même plan mais dans le cadre d'une coopération conjointe au niveau de l'UE ou avec plusieurs autres pays au sein de l'Union.

Danish Parliament

Le parlement danois a voté pour adopter un programme de relocalisation des réfugiés dans un pays tiers dans le cadre d'une politique de zéro réfugié (Agence France-Presse)

Accord européen global

En plus des efforts assidus du Royaume-Uni pour transformer le plan Rwanda en réalité, les démarches du gouvernement danois représentent les étapes les plus sérieuses au niveau de l'UE. Le gouvernement de coalition danois a suspendu ses discussions avec le Rwanda pour l'ouverture de centres d'accueil de réfugiés au Rwanda, dans l'espoir d'un accord similaire au niveau de l'UE. Le ministre danois de l'immigration, Kaare Dybvad, en commentant l'arrêt des pourparlers avec le Rwanda, a déclaré que son gouvernement avait toujours la même ambition, mais d'une manière différente, en référence aux tentatives en cours pour un projet européen au niveau de l'Union. Il a déclaré que son gouvernement appelle à l'établissement de centres d'accueil en collaboration avec l'UE ou un certain nombre d'autres pays.

Dans ce contexte, Eva Singer, une responsable du Conseil danois pour les réfugiés, a confirmé à Al Jazeera Net que les préoccupations subsistent quant au fait que le Danemark, comme l'UE, ne veut pas assumer la responsabilité de la protection des réfugiés et cherche plutôt à transférer cette responsabilité à une tierce partie en dehors de l'Union. Elle s'est interrogée sur les droits des réfugiés dans ces pays, sur l'histoire de ces pays en matière de protection des réfugiés et sur ce que signifierait "la déportation vers un pays tiers" pour ces réfugiés. Singer a ajouté qu'il y a une longue liste de questions qui doivent être clairement définies avant que l'on puisse discuter si le pays choisi est assez sûr, exprimant ses doutes qu'il existe toujours un aspect politique dans le projet.

L'Allemagne tente également de pousser vers un accord au niveau de l'UE pour la relocalisation des réfugiés dans un pays tiers. Parmi les pays potentiels discutés par les cercles de prise de décision allemands en plus du Rwanda, il y a le Sénégal et le Maroc. L'Allemagne s'efforce dans ce contexte d'amener l'UE à réaliser des modèles similaires à l'accord de l'UE avec la Turquie en 2016 pour réduire l'afflux de réfugiés vers la Grèce, grâce à des accords complémentaires pour réduire l'immigration à travers la Méditerranée depuis l'Afrique du Nord.

Israël et le Rwanda, et les premiers projets de déportation

Il convient de noter que le programme de réinstallation des réfugiés au Rwanda ne constitue pas une première mondiale. La BBC a révélé qu'un accord pour déporter les réfugiés avait été conclu en 2015 entre Israël et un pays tiers non officiellement annoncé, mais selon des sources médiatiques citées par la BBC, ces pays seraient le Rwanda et l'Ouganda. La BBC a ajouté qu'environ 20 000 réfugiés ont été déplacés sous ce programme ou un autre d'ici 2018.

L'idée de déportation vers un pays tiers n'est pas limitée au Rwanda, puisque le gouvernement australien avait mis en œuvre un programme de réinstallation dans un troisième pays dès 2001, où le programme avait commencé sous la forme de centres de détention pour réfugiés dans des régions hors du territoire australien. Des îles du Pacifique telles que Nauru et Papouasie-Nouvelle-Guinée constituent les principales destinations du programme de déportation australien, avec l'Australian Border Force annonçant que plus de 4 000 migrants ont été soumis au programme de déportation dans ces pays entre 2012 et 2019.

La BBC a révélé que 13 de ces migrants sont décédés à la suite de violences, de manque de soins médicaux ou de suicide.

Le gouvernement du Premier ministre britannique Rishi Sunak a proposé un projet de loi intitulé "Sécurité Rwanda" à la Chambre des communes britannique, dans le but de résoudre les préoccupations de la Cour suprême britannique qui a jugé illégale le plan de déportation au Rwanda. Malgré l'opposition féroce au nouveau projet de loi, Sunak a réussi à le faire passer au Parlement. Le projet "Sécurité Rwanda" a dépassé la deuxième lecture à la Chambre des communes, tandis que la loi passera par deux étapes avant la lecture finale et décisive à la Chambre des Lords.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus