Accueil Actualité Point d’inflexion des relations complexes USA-Pakistan examiné

Point d’inflexion des relations complexes USA-Pakistan examiné

par Chia
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Point d'inflexion des relations complexes USA-Pakistan examiné

Point d’inflexion des relations complexes USA-Pakistan examiné

Islamabad, Pakistan – Le Congrès américain tiendra une audience la semaine prochaine sur « l’avenir de la démocratie » au Pakistan et l’état des relations entre les deux pays, après des élections controversées au Pakistan que le plus grand parti d’opposition du pays affirme avoir été manipulées.

Cependant, les analystes en politique étrangère ont déclaré que l’audience du 20 mars de la sous-commission du Comité des Affaires étrangères de la Chambre des représentants des États-Unis est peu susceptible d’influencer la direction des relations entre les nations qui ont été cahoteuses, bien qu’elles se soient améliorées au cours des deux dernières années.

Formellement, le Pakistan a salué l’audience, déclarant qu’il espère que les délibérations « contribueront à promouvoir des dynamiques positives dans les relations bilatérales » entre les deux pays.

« Le Pakistan accorde une grande importance à sa relation étroite avec les États-Unis et croit en un engagement constructif sur tous les sujets. Et nous respectons la prérogative des organes législatifs de discuter et débattre des questions internationales », a déclaré le porte-parole du ministère des Affaires étrangères pakistanais jeudi.

L’audience fait suite à une lettre signée par 31 membres du Congrès, qui ont écrit au président Joe Biden et au secrétaire d’État Antony Blinken le 29 février, les exhortant à ne pas reconnaître le nouveau gouvernement pakistanais et à demander une enquête sur des allégations de manipulation lors des élections.

Le Pakistan a tenu ses élections générales le mois dernier, qui ont été entachées de vastes allégations de fraude, de résultats anormalement retardés et de nombreuses autres irrégularités.

Les plus grands gagnants des élections ont été les candidats soutenus par le Pakistan Tehreek-e-Insaf (PTI), qui ont remporté 93 sièges, malgré s’être vu refuser l’utilisation de leur symbole électoral, une batte de cricket, quelques jours avant les élections. Le leader du parti, l’ancien Premier ministre Imran Khan, est en prison depuis août 2023 et a été reconnu coupable de multiples chefs d’accusation juste avant les élections. De nombreux autres candidats soutenus par le parti n’ont pas pu faire campagne électorale en raison d’une répression des autorités.

Malgré le plus grand nombre de sièges remportés, le PTI a refusé de former une coalition avec le Pakistan Muslim League-Nawaz (PMLN) ou le Pakistan People’s Party (PPP), qui ont respectivement remporté 75 et 54 sièges.

Par la suite, le PMLN et le PPP se sont unis avec de plus petits partis pour former une alliance, reproduisant presque une coalition qu’ils avaient forgée en avril 2022, lorsque le PTI et l’ancien Premier ministre Imran Khan avaient été renversés par un vote de défiance parlementaire.

Des allégations de conspiration dirigée par les États-Unis

Le Pakistan a mené ses élections générales en février, qui ont été entachées de vastes allégations de fraude. \[Shahzaib Akber/EPA\]

Le cricketer reconverti en politicien a spécifiquement accusé Donald Lu, un responsable du Département d’État américain, d’avoir transmis un message à Asad Majeed, alors ambassadeur du Pakistan aux États-Unis, dans lequel Washington aurait suggéré que Khan soit écarté du pouvoir pour avoir travaillé avec la Russie malgré la guerre en Ukraine.

Plus tôt cette année, Khan a été condamné à \[10 ans\](https://www.aljazeera.com/news/2024/1/30/pakistan-ex-pm-imran-khan-top-aide-get-10-years-jail-in-state-secrets-case) de prison avec son ancien collègue Shah Mahmood Qureshi pour avoir révélé des secrets d’État, dans une affaire liée au message de Lu, transmis via un câble secret à l’ambassadeur Majeed.

Matthew Miller, porte-parole du Département d’État américain, a déclaré [jeudi](https://www.state.gov/briefings/department-press-briefing-march-14-2024/) que l’administration américaine attend avec impatience la réunion du Congrès et a répété les déclarations passées rejetant les allégations contre Lu.

Maleeha Lodhi, ancienne ambassadrice du Pakistan aux États-Unis, aux Nations Unies et au Royaume-Uni, a mis en garde contre une lecture excessive de l’audience de la sous-commission.

Abdul Basit, chercheur à l’École d’études internationales S Rajaratnam de Singapour, a acquiescé.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus