Accueil Actualité L’ex-détenu Abiyat raconte son calvaire avec Ben Gvir à Ofer

L’ex-détenu Abiyat raconte son calvaire avec Ben Gvir à Ofer

par Chia
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
L'ex-détenu Abiyat raconte son calvaire avec Ben Gvir à Ofer

L’ex-détenu Abiyat raconte son calvaire avec Ben Gvir à Ofer

L’ex-détenu palestinien libéré, Muazzam Abiyat, a déclaré que le ministre de la Sécurité intérieure israélien, Itamar Ben Gvir, avait piétiné son corps le 4 décembre dernier lors de son séjour à la prison d’Ofer en Cisjordanie.

Il a également affirmé avoir été violemment battu lors de son arrestation fin octobre dernier. Le Club des prisonniers a souligné qu’il avait fait l’objet de plusieurs tentatives de meurtre pendant son arrestation.

Les autorités d’occupation ont libéré Abiyat, originaire de Bethléem, hier mardi. À sa sortie, il était affaibli et se déplaçait avec difficulté. Il a confirmé à Al Jazeera, dans les premiers instants de sa libération, qu’il avait été sévèrement torturé à l’intérieur de la prison d’Ofer.

Abiyat a passé 9 mois en détention administrative et a été libéré de la prison de Negev dans un état de santé précaire, bien qu’il n’ait eu aucun problème de santé avant son arrestation.

L’occupation responsable de la situation

Le Club des prisonniers tient les autorités israéliennes entièrement responsables de l’état dans lequel l’ex-détenu libéré se trouve. Il en appelle aux organisations internationales de défense des droits de l’homme pour qu’elles assument leurs responsabilités face à la guerre de génocide continue et aux crimes commis contre les prisonniers et les détenus, constituant l’une des formes de ce génocide.

Le Club a ajouté que, face à l’agression contre les prisonniers, les autorités israéliennes continuent d’escalader les actes de détention administrative, le nombre de détenus administratifs ayant atteint au moins 3 380 en ce début de mois, dont des femmes et des enfants.

Il a souligné que des centaines de détenus administratifs sont malades, la plupart étant d’anciens prisonniers ayant passé des années dans les prisons israéliennes.

Des milliers de prisonniers subissent des tortures et des affamements délibérés dans les prisons de l’occupation, en particulier à la prison de Negev, alors que le ministre de la Sécurité intérieure extrémiste adopte une politique systématique de persécution des prisonniers.

Les déclarations de Ben Gvir

En avril dernier, Ben Gvir a déclaré que l’application de la peine de mort aux prisonniers palestiniens qu’il a qualifiés de destructeurs était la solution appropriée pour résoudre le problème de la surpopulation carcérale.

Le chef du parti de la Puissance juive, un parti d’extrême droite, s’est félicité de l’approbation par le gouvernement israélien de sa proposition de construire environ mille places supplémentaires pour détenir les prisonniers palestiniens.

Il a affirmé que la construction additionnelle pour les services pénitentiaires permettrait d’accueillir plus de prisonniers palestiniens et offrirait une solution partielle à la crise de la surpopulation carcérale.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus