Accueil Actualité La politique de Netanyahu sur Gaza creuse la division d’Israël

La politique de Netanyahu sur Gaza creuse la division d’Israël

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
La politique de Netanyahu sur Gaza creuse la division d'Israël

La politique de Netanyahu sur Gaza creuse la division d’Israël

À l’approche du sixième mois de l’agression israélienne contre Gaza, Israël semblait divisé sur ses priorités de guerre, mais unifié dans la poursuite des combats contre les factions de la résistance palestinienne, en tête desquelles se trouve le mouvement de résistance islamique, le Hamas, avec pour objectif principal la libération de tous les Israéliens détenus dans la bande de Gaza.

L’opinion publique parmi les partisans de la guerre en Israël s’est formée à la suite du choc collectif subi le 7 octobre 2023 avec le début de la bataille du « Déluge d’Al-Aqsa », qui a créé un sentiment de menace existentielle. Ainsi, il y a eu un large consensus selon lequel Israël mène une guerre sans alternative, une vision promue par le Premier ministre Benjamin Netanyahu.

Sur la base du large soutien populaire israélien aux objectifs de la guerre et aux opérations terrestres de l’armée israélienne visant à libérer tous les détenus, détruire l’arsenal militaire de la résistance palestinienne et mettre fin au règne du Hamas, Netanyahu a prôné la prolongation de la guerre. Cela servait ses intérêts politiques personnels pour rester au pouvoir et éviter d’être jugé pour corruption.

Image

Le paysage politique

En pleine guerre et débat continu sur la réalisation de ses objectifs, ainsi que la confrontation sur les plans diplomatique et politique avec la Maison Blanche et les pays occidentaux, la carte politique israélienne est marquée par une division entre le soutien absolu à Netanyahu et l’opposition à ses politiques en matière de gestion de la guerre et du dossier des détenus.

D’un côté, Netanyahu bénéficie d’un soutien absolu de la coalition au pouvoir dirigée par le Likoud, du camp Haredi représenté par le parti Shas d’Aryeh Deri, le parti Jewish Home dirigé par Moshe Gafni, le camp de l’extrême droite représenté par le parti de l’homeland d’Eitamar Ben Gvir, et l’alliance religieuse sioniste dirigée par Bezalel Smotrich.

D’un autre côté, l’opposition exprime des réserves quant à l’approche de Netanyahu dans la gestion de la guerre et met le dossier des détenus au sommet des priorités, représentée notamment par le parti « Il y a un futur » dirigé par Yair Lapid, Israël Beitenou dirigé par Avigdor Lieberman et le parti travailliste dirigé par Mirav Michaeli.

En marge de toutes les composantes de la carte politique israélienne se trouvent les partis arabes représentés à la Knesset, opposés à la guerre, tels que la « Fraternité et le Changement » dirigée par Ayman Odeh et la Liste unifiée dirigée par Mansour Abbas, appelant à un retrait total de l’armée israélienne de Gaza et à entamer un processus politique pour établir un État palestinien avec Jérusalem-Est comme capitale, aux côtés d’Israël.

Échec de Netanyahu

En analysant ces positions divergentes, l’analyste politique Akiva Eldar affirme : « La prolongation de la guerre sans atteindre ses objectifs, notamment la fin du règne civil du Hamas et la libération des détenus, a renforcé la croyance largement répandue dans le paysage politique israélien que Netanyahu utilise la prolongation de la guerre pour des motifs personnels visant à rester au pouvoir ».

Eldar souligne que Netanyahu, qui n’hésiterait pas à désintégrer le gouvernement d’urgence et à rompre l’alliance avec le camp national représenté par Benny Gantz, bénéficie jusqu’à présent du soutien de la coalition gouvernementale, qui repose sur l’extrême droite et les partis libéraux, formant ainsi une coalition de 64 membres à la Knesset solide, à l’exception de la position du ministre de la Défense, Yoav Gallant, opposé aux politiques de Netanyahu dans la gestion de la guerre.

Il a souligné les tensions et les désaccords entre Netanyahu et Gallant concernant la marche de la guerre, la réponse aux demandes du président Joe Biden concernant un accord d’échange et la mise en œuvre d’un cessez-le-feu temporaire, ainsi que les changements dans la composition de la coalition gouvernementale.

L’analyste politique croit que Netanyahu, confronté à plusieurs crises internes centrées sur son incapacité à atteindre les objectifs de la guerre, se retrouve à un tournant crucial dans sa carrière politique en raison de la loi sur le recrutement des Haredim, loi soutenue par la majorité des partis politiques de la coalition et de l’opposition.

Impact de la guerre

D’autre part, Adam Klare, porte-parole de Peace Now, affirme que « avec le temps et la révélation du non-achèvement des objectifs de la guerre, la recrudescence des combats dans le nord et le centre de la Bande de Gaza – où l’armée israélienne prétendait être en contrôle – les positions sur les priorités de la guerre se sont différenciées, même au sein du gouvernement d’urgence ».

Klare, un militant du mouvement appelant à la libération des détenus et à l’arrêt de la guerre, a déclaré à Al Jazeera que « ces divergences reflètent l’intensification des protestations dans la rue israélienne demandant l’arrêt de la guerre et la libération de tous les détenus, quel qu’en soit le prix, sapant ainsi le consensus social général et la résilience sociale, mettant en lumière de manière négative le dossier des détenus et le soutien populaire à l’effort de guerre ».

Il a ajouté que « l’opposition diffère de Netanyahu sur les priorités de la guerre, mais pas sur le principe du combat. Elle place la libération des détenus en haut de la liste des priorités, mais cherche à exploiter les crises, les pressions externes et toutes les circonstances cumulées pour remplacer Netanyahu dans l’actuelle Knesset ou aller vers des élections anticipées dans le contexte de la guerre et des divisions ».

Fissure sociale

Récemment, les divergences et les divisions politiques sont revenues au premier plan dans le discours public israélien, selon une estimation de l’Institut de recherche sur la sécurité nationale de l’Université de Tel Aviv, ce qui pose de grands défis à la flexibilité sociale en Israël.

Et, selon les estimations du général Maire Alran, ancien assistant du chef du renseignement militaire (Aman) et spécialiste en sociologie, et Oanat Shpira, qui ont élaboré l’estimation pour le centre de recherche, « la poursuite de la guerre, le retour des divergences et des divisions ont montré que la solidarité sociale est compromise, la confiance dans les différents systèmes et institutions israéliens ainsi que le processus de prise de décision est ébranlée, jetant des doutes sur les motivations des organisations de la société civile et des partis ».

Alran et Shpira estiment que « les décideurs politiques et les politiciens en Israël doivent faire preuve d’une extrême prudence pour éviter un discours politique toxique et humiliant, ainsi que pour éviter un vote politiquement polarisant sur les questions sensibles liées à la guerre, qui ont révélé des divergences, notamment sur la question des détenus, ce qui pourrait approfondir la division au sein de la société israélienne et mettre en évidence la fragilité du front intérieur ».

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus