Accueil Actualité Exécutions en Iran atteignent un pic en 8 ans en 2023

Exécutions en Iran atteignent un pic en 8 ans en 2023

par Chia
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Exécutions en Iran atteignent un pic en 8 ans en 2023

Les exécutions en Iran atteignent un pic en 8 ans en 2023

En 2023, l’Iran a pendu au moins 834 personnes, représentant le deuxième nombre d’exécutions le plus élevé en deux décennies, selon un rapport publié par des groupes de défense des droits.

Le rapport, publié mardi par Iran Human Rights (IHR) basé en Norvège et Ensemble contre la Peine de Mort (ECPM) basé à Paris, suggère que l’augmentation de 43 % de l’utilisation de la peine de mort l’année dernière est une réaction aux manifestations nationales suscitées par la mort en garde à vue de Mahsa Amini en 2022.

Image de femmes voilées manifestant

Selon le rapport, neuf exécutions étaient directement liées aux attaques contre les forces de sécurité lors des manifestations de 2022, mais l’utilisation de la peine capitale a également augmenté pour d’autres chefs d’accusation. Les affaires liées à la drogue représentaient plus de la moitié du total, avec 471 personnes exécutées pour de telles accusations.

Le rapport souligne également que les membres des minorités ethniques, notamment les Baluches sunnites du sud-est de l’Iran, étaient « largement surreprésentés parmi les personnes exécutées ».

Au moins 167 membres de la minorité balouche ont été exécutés, représentant 20 % du total l’année dernière. Cette minorité représente environ 5 % de la population iranienne.

Le directeur de l’IHR, Mahmood Amiry-Moghaddam, a qualifié les chiffres de « total ahurissant ».

« Inculquer la peur dans la société est le seul moyen pour le régime de rester au pouvoir, et la peine de mort est son instrument le plus important », a-t-il déclaré.

Il a également exhorté le monde à prendre position contre l’utilisation de la peine de mort par Téhéran.

Selon le rapport, la plupart des exécutions ont lieu à l’intérieur des prisons, mais sept ont été effectuées en public – un nombre significativement plus élevé qu’en 2022.

Au moins 22 femmes ont été exécutées l’année dernière, marquant le chiffre le plus élevé de la décennie écoulée, ajoute le rapport.

Quinze ont été pendues pour des accusations de meurtre. Les ONG mettent depuis longtemps en garde contre le fait que les femmes qui tuent un partenaire abusif ou un proche risquent l’exécution.

L’année dernière, le Haut-Commissaire aux droits de l’homme de l’ONU, Volker Turk, a déclaré que le flot de condamnations à mort après le déclenchement de troubles civils équivalait à une « exécution sanctionnée par l’État ».

Une mission de recherche mandatée par l’ONU avait également appelé les autorités iraniennes à cesser d’exécuter les personnes condamnées à mort pour avoir participé aux manifestations de 2022.

En réponse, Kazem Gharib Abadi, secrétaire général du Conseil supérieur des droits de l’homme de l’Iran, avait qualifié l’établissement de la mission de « démarche entièrement motivée par des considérations politiques et inacceptable »..

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus