Accueil Actualité Craintes d’une politisation de la résistance populaire au Soudan

Craintes d’une politisation de la résistance populaire au Soudan

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Craintes d'une politisation de la résistance populaire au Soudan

Craintes d’une politisation de la résistance populaire au Soudan

Des experts mettent en garde contre l’exploitation politique de la résistance populaire au Soudan ou sa déviation de la défense des citoyens et du soutien à l’armée, pour en faire une arme lors de conflits tribaux et sectaires. Cela fait suite à la formation d’une entité nationale sous le nom de « Résistance Populaire », avec la nomination du leader communautaire de l’État du Kordofan occidental, Ahmed Saleh Al-Salouha, à sa tête il y a 3 jours.

Début contre la rébellion

Al-Salouha, membre de la tribu arabe des Misseiria, est le deuxième plus grand groupe tribal au sein des forces des Forces de Soutien Rapide après la tribu des Rezeigat au Darfour, dont le chef des Forces de Soutien Rapide, Mohamed Hamdan Dagalo « Hemedti », et son adjoint Abdullah Rizeigat sont issus. Lors d’une conférence de presse après sa nomination, Al-Salouha a estimé que la formation de l’entité à ce stade constituait « une forte claque contre la rébellion et contre tous ceux qui la soutiennent, tant à l’intérieur du pays qu’à l’étranger ». Il a déclaré que « l’entité est ouverte à tous les Soudanais sans distinction tribale, politique ou régionale ».

Conférence de presse du chef de la Résistance Populaire Ahmed Saleh Al-Salouha. Source: Agence Soudanaise de Presse (SUNA)

Soutien populaire

Un responsable militaire, souhaitant rester anonyme, explique que le rôle de l’entité de la Résistance Populaire consiste à motiver ceux capables de porter les armes à rejoindre la résistance pour défendre leur patrie et leur peuple en soutenant l’armée dans l’exécution de ses devoirs. Il précise que « l’entité n’a pas de rôle militaire mais plutôt populaire, en suivant la situation des participants à la résistance après leur mobilisation lors de la phase précédente et en coordonnant leurs affaires à travers un mécanisme communautaire ».

Un nouveau soulèvement risqué

Le Dr. Abderrahmane Abu Khreis du Centre d’Études Diplomatiques appelle à des « contrôles stricts sur la distribution des armes, en les limitant aux personnes capables de les porter et de les utiliser, en les adaptant au nombre d’habitants de chaque État, et en les récupérant après la fin de la guerre ». Il met en garde contre le risque que « l’absence de contrôles entraîne des violences et l’utilisation des armes dans des conflits tribaux, sectaires et régionaux ».

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus