Accueil Actualité Arrestation d’un réseau d’espionnage israélien et messages d’Ankara à Tel Aviv

Arrestation d’un réseau d’espionnage israélien et messages d’Ankara à Tel Aviv

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Arrestation d'un réseau d'espionnage israélien et messages d'Ankara à Tel Aviv

Arrestation d'un réseau d'espionnage israélien et messages d'Ankara à Tel Aviv

Plus d'un mois après avoir contrecarré une tentative du Mossad israélien d'enlever un ingénieur palestinien ayant contribué à percer le système de défense "Dôme de Fer" en 2015 et 2016, Ankara annonce l'arrestation de plus de quarante personnes recrutées par les services de renseignements israéliens. Leur mission consistait à espionner, suivre et kidnapper des militants palestiniens résidant en Turquie et leur famille. Cette opération majeure survient alors que les relations entre les deux États semblaient se normaliser depuis la fin de l'année 2022.

La révélation de l'arrestation de ces individus et le démantèlement de leur réseau coïncident avec l'envoi par la Turquie de messages significatifs, examinons de plus près le rapport des renseignements sur cette affaire.

Rapport des services de renseignements

En pleine offensive israélienne contre la bande de Gaza, et moins d'un mois après les menaces du directeur du Shin Bet israélien, Ronen Bar, d'attaquer les dirigeants du Hamas partout, y compris en Turquie, la MIT turque – en partenariat avec les services de renseignements de la police – mène des opérations simultanées dans 8 provinces, notamment Istanbul, pour arrêter des collaborateurs du Mossad.

Le rapport de renseignements, publié par les médias turcs, révèle des détails sur le recrutement de ces agents, de nationalités non turques (non révélées à ce jour), leur financement et leurs réunions périodiques.

Le recrutement

Le Mossad a recruté ces personnes en diffusant des annonces d'emploi sur les réseaux sociaux ou dans différents groupes de discussion, puis a pris contact avec ceux qui répondaient à ces annonces. Un premier contact était établi par les applications Telegram et WhatsApp une fois les recrutements finalisés.

Ces agents devaient ensuite recruter d'autres personnes pour collecter des informations sur les Palestiniens résidant en Turquie et sur leur famille.

Le financement

Le rapport indique que le Mossad transférait de l'argent aux membres du réseau soit par remise en main propre hors de Turquie, avec des valises spéciales pour éviter la détection lors des contrôles de sécurité, soit via des intermédiaires ou l'utilisation de cryptomonnaies pour éluder la surveillance de la sécurité turque.

L'entraînement

Le Mossad rencontrait ses agents à l'étranger pour échapper à la surveillance des autorités turques. Les agents étaient accueillis dans des hôtels de luxe, invités dans des restaurants haut-de-gamme, et toutes ces activités cadreuses dans des voyages et des itinéraires touristiques. L'entraînement comprenait des tests de détecteurs de mensonges et des formations sur la communication sécurisée par la remise d'équipements de communication secrets, la sécurité des communications et le cryptage.

Attribution de tâches

Le rapport détaille les tâches confiées aux agents recrutés, telles que la réalisation de vidéos et de photographies, l'installation de dispositifs GPS dans les véhicules ciblés, des agressions et du chantage, ainsi que la propagande, la désinformation, la création de bases de données sur les étrangers en Turquie et la réalisation d'autres opérations telles que le trafic transfrontalier.

Les messages d'Ankara

Le rapport des services de renseignement turc affirme que ces agents étaient sous surveillance depuis un certain temps et suggère que les menaces israéliennes contre les dirigeants du Hamas à l'étranger ont accéléré la révélation de ce réseau. Ankara souhaite clairement signifier à Israël qu'il doit cesser de régler des comptes sur son sol. Un haut responsable des renseignements turcs a déclaré à Middle East Eye que toute activité illégale en Turquie aurait de graves conséquences.

La Turquie rappelle également à Israël que la signature d'accords de sécurité et militaires entre les deux parties ne signifie pas l'autorisation de cibler ceux qui résident sur son territoire, en particulier les Palestiniens. Malgré les accords de fin 2022 prévoyant des activités pour protéger les ambassades et consulats israéliens et une collaboration accrue en matière de lutte contre le terrorisme et l'espionnage, le Mossad s'était engagé à ne pas exécuter d'assassinats sur le sol turc.

Pour autant, les actions de renseignement israélien semblent indiquer le contraire. En décembre dernier, le procureur général d'Istanbul a inculpé 17 personnes accusées de travailler pour le Mossad israélien, avec des plans incluant des meurtres, des enlèvements, des menaces et du chantage en Turquie.

Ankara souhaite donc anticiper et neutraliser toute intervention armée israélienne et éventuellement iranienne sur son territoire. La publication du rapport turc sur le réseau d'espionnage le même jour où Israël a assassiné le dirigeant du Hamas, Salah Al-Arouri, et d'autres personnes à Beyrouth, justifie la nécessité d’actions sécuritaires préventives de la part de la Turquie.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus