Accueil Actualité Année cauchemar : des millions de Soudanais espèrent rentrer en 2023

Année cauchemar : des millions de Soudanais espèrent rentrer en 2023

par Sara
Faire un don
A+A-
Réinitialiser
Année cauchemar : des millions de Soudanais espèrent rentrer en 2023

Année cauchemar : des millions de Soudanais espèrent rentrer en 2023

Le Khartoum – Les Soudanais font leurs adieux à l’année 2023, marquée par des effusions de sang et des larmes, une année qui a commencé par un clivage et une polarisation politique concernant un “accord-cadre” destiné à résoudre la crise politique. Cet accord a provoqué un différend entre l’armée et les forces de soutien rapide et a mené à une guerre au milieu du mois d’avril dernier que la capitale Khartoum n’avait pas connue depuis plus de 100 ans. Les hostilités, qui se sont étendues à Kordofan et au Darfour, ont fait des milliers de victimes et des millions de déplacés, menaçant de fragmenter le pays.

Le chercheur politique Abdelkader Hassan décrit 2023 comme une année triste, tragique et cauchemardesque pour les Soudanais, soulignant que bien que les guerres se soient déroulées aux frontières du pays au cours des dernières décennies, c’est la première fois depuis plus d’un siècle que le conflit frappe aux portes de leur capitale.

Accumulation de la crise

Dès le début, le Soudan a été affecté par une crise continuelle depuis octobre 2021, suite au coup d’État dirigé par le chef du Conseil souverain et commandant de l’armée, Abdel Fattah Al-Burhan, contre ses alliés de la coalition des forces de la liberté et du changement – le Conseil central. Ce coup a entraîné la dissolution des Conseils de souveraineté et des ministres et l’instauration de l’état d’urgence.

Le Premier ministre, Abdullah Hamdok, a signé un document pour résoudre la crise avec l’élément militaire du Conseil de souveraineté, mais les forces civiles qui constituaient l’ossature du gouvernement l’ont rejeté, ce qui a poussé Hamdok à la démission.

Début décembre 2022, les forces de liberté et de changement – Conseil central ont conclu un “accord-cadre” avec l’élément militaire, signé par Al-Burhan et son adjoint, le commandant des forces de soutien rapide, Hamdan Daglo (Hemedti).

Il était prévu de signer l’accord politique final au début d’avril, suivi le 6 du même mois par un accord sur une constitution transitoire, puis par la mise en place d’un gouvernement civil transitoire pour gérer le pays pendant deux ans avant des élections générales.

Les pourparlers entre l’élément militaire et les forces civiles ont été facilités par la mécanique tripartite composée des Nations Unies, de l’Union africaine et de l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), et le groupe quadrilatéral des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Arabie Saoudite et des Émirats arabes unis.

Tensions politiques

La documentation politique a été rejetée par des acteurs influents de la scène, notamment les forces de liberté et de changement – Bloc démocratique, qui comprenait les principaux mouvements armés, ainsi que d’autres forces influentes, créant une division politique dans le pays.

L’entêtement d’Al-Burhan et de l’institution militaire derrière lui à ne pas signer l’accord final à moins qu’une date ne soit fixée pour l’intégration des forces de soutien rapide dans l’armée, et l’organisation d’un atelier sur la réforme de la sécurité et des forces armées, ont compliqué la scène. L’armée exigeait l’intégration des forces de soutien rapide dans un délai de deux ans, tandis que ces dernières insistaient sur vingt ans, entraînant le retrait des représentants de l’armée de l’atelier et exacerbant les tensions dans le pays.

Les confrontations entre les forces de liberté et de changement – Conseil central et les forces de soutien rapide d’une part, et l’armée et les forces de liberté et de changement – Bloc démocratique de l’autre, se sont intensifiées, tandis que les partis de gauche ont rejeté tout compromis avec les militaires, accusant leurs anciens alliés de chercher une nouvelle collaboration avec l’élément militaire, les surnommant les “forces d’une transition douce”.

Cette tension entre les factions soudanaises et le conflit entre l’armée et le soutien rapide ont conduit au déclenchement de la guerre à la mi-avril, que l’institution militaire a considérée comme une tentative par Hemedti de s’emparer du pouvoir par un calcul militaire soutenu par des forces régionales, accusant l’envoyé spécial des Nations Unies, Volker Perthes, de contribuer à enflammer la situation en tentant d’imposer des forces politiques limitées sans soutien populaire et sans assise sociale, et de les remettre au pouvoir tout en excluant les autres forces.

Des avions détruits et des bâtiments de l’aéroport endommagés par les opérations militaires entre l’armée soudanaise et les forces de soutien rapide (Al Jazeera)

Des avions détruits et des bâtiments de l’aéroport endommagés par les opérations militaires entre l’armée soudanaise et les forces de soutien rapide (Al Jazeera)

Conséquences de la guerre

Huit mois après le début de la guerre, il n’y a eu aucun changement significatif dans la carte militaire de la capitale, Khartoum. Toutefois, le combat s’est étendu à des parties de l’État de Kordofan. Depuis fin octobre, les forces de soutien rapide ont pris le contrôle des capitales des États du sud, de l’ouest et du centre du Darfour, le seul endroit resté hors de leur contrôle dans la région étant Al Fasher, la capitale de l’État du nord du Darfour.

Le Soudan est désormais classé comme connaissant le plus grand nombre de déplacements internes dans le monde. Selon le Bureau des Nations Unies pour les affaires humanitaires au Soudan, plus de 12 000 personnes ont été tuées dans la guerre depuis son éclatement.

Il a également signalé que 6,6 millions de personnes ont fui leurs maisons, dont 5,3 millions déplacées à l’intérieur du pays dans 4473 sites dans les États sécurisés du pays, tandis que 1,3 million de personnes ont traversé vers le Tchad, l’Égypte, la République centrafricaine, l’Éthiopie et le Soudan du Sud.

Le Programme alimentaire mondial, dans son dernier rapport, a lancé de nouvelles mises en garde contre une famine imminente, menaçant 18 millions de Soudanais à l’approche de la saison sèche de l’année prochaine.

En plus de la détérioration de la sécurité et de la situation alimentaire, et la propagation de maladies épidémiques telles que le choléra et la fièvre dengue, la perturbation de l’éducation menace toute une génération. L’UNICEF a averti que 19 millions d’enfants soudanais à différents niveaux d’éducation sont désormais hors des écoles, et que le pays est sur le point de devenir le foyer de la pire crise éducative au monde.

Détérioration grave dans le secteur médical et dans les hôpitaux de Al Fasher et dans les États du Darfour en raison des combats entre l’armée et le soutien rapide (Al Jazeera)

Détérioration grave dans le secteur médical et dans les hôpitaux de Al Fasher et dans les États du Darfour en raison des combats entre l’armée et le soutien rapide (Al Jazeera)

Pertes économiques colossales

Quant aux pertes dans l’économie, les infrastructures et les services, l’expert économique Adel Abdul Aziz estime qu’elles ont atteint plus de 108 milliards de dollars, dont 15,8 milliards de dollars dans le PIB, et les pertes d’infrastructures publiques dans l’aviation civile s’élèvent à 3 milliards de dollars, les routes et les ponts, ainsi que les bâtiments des ministères et des institutions gouvernementales, à 10 milliards de dollars.

Il estime également que les pertes d’infrastructures publiques dans le secteur de la santé s’élèvent à 5 milliards de dollars, et dans les secteurs de l’électricité et de l’eau à 10 milliards de dollars, soulignant que les pertes dans le secteur privé s’élèvent à au moins 15 milliards de dollars. En plus, la destruction complète du secteur industriel dans les États de Khartoum et du sud du Darfour s’élève à environ 30 milliards de dollars, et il estime que les pertes dans le secteur agricole sont de 10 milliards de dollars.

Pour les citoyens et leurs biens, l’expert économique indique qu’environ 10 000 maisons dans l’État de Khartoum ont été complètement pillées, y compris les économies des citoyens, et qu’environ 30 000 voitures ont été volées, estimant que ces pertes s’élèvent à 10 milliards de dollars.

La Banque mondiale prévoit que l’économie soudanaise se contractera de 12 % en 2023 en raison des retombées de la guerre. La livre soudanaise a également perdu plus de 90 % de sa valeur, car le taux de change avant la guerre était de 560 livres pour un dollar, et il a atteint 1070 livres sur le marché parallèle après la guerre.

La crise de la mission de l’ONU

La Mission intégrée des Nations Unies pour soutenir la transition au Soudan (UNITAMS), dirigée par l’Allemand Volker Perthes, a fait l’objet de critiques de la part de l’élément militaire et du courant islamiste depuis qu’elle a entamé ses fonctions en 2021 à la demande de Hamdok.

En septembre dernier, Perthes a présenté sa démission et le Secrétaire général des Nations Unies, António Guterres, a nommé Ramadan Laamamra en tant que son envoyé au Soudan. Le Conseil de sécurité de l’ONU a mis fin à la mission en début décembre cette année, à la demande du Soudan, qui a décrit son rendement comme décevant.

Pressions américaines

Dans un entretien avec Al Jazeera net, le chercheur politique Abdelkader Hassan pense que l’échec de la plateforme de négociations de Jeddah entre l’armée et les forces de soutien rapide a déçu les Soudanais, qui attendaient la paix. Il attribue cet échec à l’absence de volonté des deux parties en conflit et aux interventions étrangères qui ont compliqué la situation.

Hassan s’attend à ce que, au cours du premier trimestre de la nouvelle année, il y ait un percée vers la fin de la guerre en raison des pressions américaines. Washington cherche à amener les deux parties à arrêter les combats à l’approche des élections américaines, où les violations, les crimes de guerre et le nettoyage ethnique au Darfour sont devenus des enjeux domestiques aux États-Unis, et un dossier de compétition entre la Maison Blanche et le Congrès.

Il ajoute que l’émissaire américain pour la Corne de l’Afrique, Mike Hammer, qui a été l’architecte de l’accord entre le gouvernement éthiopien et le Front du Tigré qui a mis fin à la guerre dans la région, a lancé un mouvement dans le dossier soudanais la semaine dernière en participant au sommet des dirigeants des pays de l’IGAD.

Laissez un commentaire

*En utilisant ce formulaire, vous acceptez le stockage et la gestion de vos données par ce site web.


Droits d’auteur © 2024 – unsujet.fr – Tous droits réservés

Bienvenue sur unsujet.fr ! 🌟 Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience sur notre site. Ces petits fichiers sont essentiels pour le bon fonctionnement de notre site et nous aident à comprendre comment vous l'utilisez, afin de le rendre encore plus intéressant et pertinent pour vous. En continuant à naviguer sur unsujet.fr, vous acceptez notre utilisation des cookies. Si vous souhaitez en savoir plus sur notre politique de confidentialité et les cookies que nous utilisons, cliquez sur "En savoir plus". Vous pouvez également choisir de refuser les cookies non essentiels en cliquant sur "Refuser". Merci de votre visite et bonne lecture sur unsujet.fr ! 📚🌍 Accepter En savoir plus